Skip to Content

Exposition "Penser à soi, réagir à la violence"

"Penser à soi, réagir à la violence"… Cette action collective accompagne les personnes victimes de violences intrafamiliales au moyen d'ateliers, notamment artistiques.

Chaque année, l'Hôtel du Département expose le travail et les œuvres de femmes participant à l'action collective "Penser à soi, réagir à la violence", portée par le territoire d'intervention sociale de Vannes. Cette action se décline en plusieurs ateliers encadrés par des professionnels, afin de permettre aux personnes accueillies de mettre des mots sur leur souffrance, mais aussi d'être accompagnées.

"Le son du silence…"

L'exposition des œuvres réalisées par les participantes lors de l'atelier d'expression artistique, baptisée cette année "Le son du silence", vient clore cette action collective. C'est aussi un moyen de communication pour aborder les violences intrafamiliales. Les œuvres ont été installées du 23 au 26 juin dans la bibliothèque de l'Hôtel du Département.

Un dispositif pour parler des violences intrafamiliales

587 situations de détresse ont été recensées dans le Morbihan en 2014, dont 183 faits de violence signalés. Le Département s'implique de diverses manières dans la lutte contre les violences intrafamiliales. Il a mis en place un dispositif partenarial d'assistances aux personnes afin de détecter de façon précoce les situations de détresse sociale.

Le Département a également signé la convention concernant le traitement des mains courantes et procès-verbaux de renseignements judiciaires. Le 12 juin dernier, le dispositif "téléphone grave danger" a été lancé. Le but est de permettre aux femmes victimes de violences de la part de leur conjoint ou ex-conjoint de bénéficier d'une téléprotection, ainsi que d'un accompagnement global. Cinq téléphones vont être déployés dans le Morbihan, trois rattachés au parquet de Vannes, deux à celui de Lorient.

 

Christine Penhouët, vice-présidente du Conseil départemental déléguée à l'enfance et à la famille, a salué les participantes et "le courage qu'il leur a fallu pour entreprendre ce travail".

Devant une salle émue, une chorale, constituée pour l'occasion, a créé une chanson sur le thème "le son du silence...".




Pendant six mois, les femmes ont pris part à plusieurs ateliers, notamment d'expression artistique.