Skip to Content

Les chasseurs à cheval de Pontivy dans la Grande Guerre

Pontivy a accueilli pendant plus de 40 ans le 2e régiment de chasseurs à cheval. Ces cavaliers d'élite se sont illustrés sur les champs de bataille de l'Histoire, notamment pendant la Première Guerre Mondiale.

À l'occasion de son exposition "Les Morbihannais dans la guerre 1914-1918", les Archives départementales du Morbihan et l'Université tous âges de Vannes proposent un cycle de conférences sur ce même thème. Le mardi 19 mai à 18 h, celle de Yann Lagadec sera consacrée au 2e régiment de chasseurs à cheval de Pontivy.

"Les Dragons de Fimarcon" dans l'histoire...

Le 2e régiment de chasseurs à cheval (2e RCC) était une unité de cavalerie de l'armée française, créée sous Louis XIV, sous le nom de Dragons de Fimarcon. Par la suite, ils seront de tous les champs de bataille de l'histoire de France, ou presque. Les cavaliers prennent part à l'épopée napoléonienne et s'illustrent au cours de plusieurs batailles : Eylau en 1807, Wagram en 1809, la Moskowa en 1812. Plus tard, sous la Monarchie de Juillet, le régiment participe à la conquête de l'Algérie. Sous le Second Empire, ce sera la campagne d'Italie et la bataille de Solférino contre l'armée autrichienne.

Le 2e RCC prend ses quartiers à Pontivy

En 1886, le régiment prend ses quartiers à Pontivy, où il succède au 7e régiment de hussards. Les chasseurs à cheval s'installent dans la caserne de gendarmerie, dit quartier Clisson, construit sous Bonaparte dans le cadre de son projet "Napoléonville". À son ouverture, la caserne accueille 600 hommes et 700 chevaux. De tous les régiments stationnés à Pontivy, c'est le 2e régiment de chasseurs à cheval qui y restera le plus longtemps, pendant plus de quarante ans. De nos jours, de la façade d'origine de la caserne, il ne reste plus que la porte.

Lorsque la Première Guerre mondiale éclate, le 2e régiment de chasseurs à cheval, composé essentiellement de Bretons et de Vendéens, part pour le front. Le régiment quitte Pontivy le 4 août 1914 en train. Cette troupe d'élite, solide et entraînée, monte des chevaux de Tarbes, réputés nerveux et agiles. À Pontivy, les cavaliers s'entraînaient sur les talus de la lande de Malguénac.

Désillusion face à la guerre moderne 

Pourtant, le mois d’août 1914 sonne comme une terrible désillusion pour les cavaliers. Leurs montures ne résistent pas à cette nouvelle guerre moderne, celle des mitrailleuses et de l’artillerie. Comme les autres soldats, les chasseurs s’enterrent dans les tranchées, abandonnant leurs chevaux. Cela ne les empêche pas de s’illustrer lors de nombreuses batailles : la Somme à l'hiver 1914-1915, la Champagne en septembre 1915, Verdun, de juin 1916 à février 1917, les Vosges durant l'été 1918, puis enfin, la Meuse en novembre 1918...
Ils rentrent à Pontivy en juillet 1919, où ils resteront jusqu'au 25 octobre 1927. Par la suite, le 2e régiment de chasseurs sera plusieurs fois dissous et recréé, avant une dernière dissolution en 2009.

Cycle de conférences autour de la grande guerre

Un cycle de conférences est organisé par les Archives départementales et l'Université tous âges à l'amphithéâtre Alfred Sauvy de l'IUT de Vannes, rue Montaigne. Entrée gratuite.

  • Mardi 19 mai à 18 h : Yann Lagadec, "Des cavaliers dans la Grande Guerre. Le 2e chasseurs à cheval de Pontivy (1914-1919)".
  • Jeudi 4 juin à 14 h 30 : Jérôme Cucarull, "Les impacts de la mobilisation industrielle dans le Morbihan : un département peu impliqué par la guerre totale ?".

L'exposition aux Archives départementales est visible jusqu'au 26 juin... l'entrée est gratuite.


Voir notre article sur l'exposition aux Archives départementales intitulée "Les Morbihannais dans la guerre 14-18"


La place nationale de Pontivy, un jour de revue du 2e régiment de chasseurs à cheval - Photos : Archives départementales du Morbihan.

Mots clés :