Skip to Content

Viaduc au-dessus du blavet : 123 m d’acier " intelligent " !

C’est une opération d’envergure et une étape clé dans le projet de contournement nord de Pontivy qui s'est déroulée ce 18 janvier. Un viaduc de près de 123 m de longueur a été « lancé » au-dessus du Blavet.

Dans le cadre du contournement nord de Pontivy, un viaduc de près de 123 m de longueur a été « lancé » au-dessus du Blavet mercredi 18 janvier 2017. Il permettra à la route départementale (RD 764) en cours de réalisation de franchir le fleuve, et d’achever la section centrale après la mise en service des sections ouest (Cléguérec) et est (Pontivy et Neulliac) en 2014.

Contournement nord de Pontivy : une opération d’environ 19 M€

Le projet de contournement nord de Pontivy – inscrit comme projet routier départemental prioritaire, dans la continuité de l’axe Triskell – s’étend sur près de 8,5 km sur les communes de Pontivy, Neulliac, Cléguérec et Malguénac pour un budget global d’environ 19 M€.

Il assurera la continuité du réseau structurant départemental entre Vannes et Pontivy (RD 767), Pontivy et Loudéac (RD 768) et Pontivy/Guémené-sur-Scorff/ Scaër (RD 764). Le coût de cette section centrale s’élève à 6,7 M€, dont environ 3,4 M€ pour la construction de l’ouvrage d’art sur le Blavet.

Le " lançage " du viaduc : une opération technique hors normes

Les premiers travaux, réalisés de décembre 2015 à février 2016, ont concerné les terrassements préparatoires sur la rive gauche du Blavet et notamment le confortement de l’assise des remblais au droit de l’ancienne décharge de Guernal 2. Les travaux de construction du viaduc de franchissement du Blavet ont débuté en avril 2016. Moment clé technique de l’opération, la durée totale du " lançage " de l’ouvrage hydraulique s'est étalée sur 12 h.

Le 1er ouvrage d’art en acier auto-patinable de Bretagne

Autre particularité de ce chantier hors normes : ce sera le 1er ouvrage d’art en acier auto-patinable de Bretagne : l’acier qui compose le pont possède la propriété de s’auto-protéger contre la corrosion en formant une couche de patine adhérente et compacte à sa surface. Lorsque le pont est exposé aux intempéries, une fine couche protectrice d’oxyde imperméable couleur brun-rouille appelée " patine " se développe et protège l’acier sous-jacent contre une corrosion plus avancée.

L’avantage de cette technique innovante et durable est triple : pas de peinture à mettre en œuvre ni à renouveler, optimisation du coût de construction et rationnalisation du coût d’entretien.

 

 

Mots clés :