Les Racines de l'Avenir

Les archives départementales du morbihan

Le passé sombre du Morbihan

8 mars 2012

Histoire du Morbihan

Plan d'une plantation de Saint-Domingue Si la traite négrière occidentale débute dès le 15e siècle, c'est au cours du 18e siècle qu'elle connaît son apogée. D'abord aux mains des Portugais et des Espagnols, elle suscite ensuite l'intérêt des Provinces Unies, des Anglais et des Français.
Richelieu ambitionne de doter la France d'une flotte importante et favorise la création de compagnies pour aller coloniser les îles d'Amériques. En 1635, la Martinique et la Guadeloupe deviennent possessions françaises.
En 1697, le traité de Ryswick abandonne solennellement la partie occidentale de Saint-Domingue, alors espagnole, et les îles adjacentes, à la France.
Dans l'océan Indien, l'île Bourbon (aujourd'hui île de la Réunion) et l'île de France (aujourd'hui île Maurice) complètent les possessions françaises et sont directement administrées par la Compagnie des Indes.
Si le négoce colonial est peu fructueux à ses débuts, il prend une toute autre ampleur avec le développement des plantations de sucre d'abord mais également de café et d'indigo, plantations qui réclament toujours plus d'esclaves.
De 1715 à 1792, les Antilles françaises reçoivent plus d'un million de Noirs. Ils sont 500 000 à Saint-Domingue en 1789.
La traite négrière enrichit également un grand nombre de ports français. Nantes, Bordeaux, La Rochelle mais aussi Lorient et dans une moindre mesure Vannes pratiquent un commerce triangulaire dont la traite des Noirs constitue un élément majeur. 

La nouvelle animation virtuelle réalisée par le service éducatif vous invite à découvrir une sélection de ces documents à travers l'évocation du départ de navires négriers des côtes morbihannaises, de leur escale en terre africaine et de l'arrivée des esclaves dans les plantations des Antilles.

Découvrir l'animation.

Haut de page