Skip to Content

Tribune du groupe des élus de la minorité

Mettre l'humain au cœur de notre action politique

Nous voulons exprimer ce que nous constatons dans le fonctionnement de notre collectivité : il y a peu d’hésitation ou de débats lorsqu’il s’agit d’abonder en milliers d’euros certains projets d’infrastructures, alors qu’il faut batailler pour obtenir un accompagnement de moindre coût concernant des projets de solidarités importants pour faire basculer des Morbihannais de la précarité à la dignité. Nous regrettons ce deux poids deux mesures entre la solidarité notre première compétence, et le reste.

En effet, le cumul des difficultés familiales, l’apparition de nouvelles problématiques liées aux addictions, le démembrement des solidarités, nécessitent d’adapter les modalités d’action. Une véritable philosophie de bienveillance doit prévaloir.
De même, nous devons avoir l’ambition d’être en avant-garde en termes de prévention. Nos marges de manœuvre nous le permettent. Et c’est une volonté politique de ne pas simplement s’occuper des situations dégradées mais de se situer en amont. C’est un investissement sur l’avenir.

Aussi, nous regrettons la réponse du Président du Conseil départemental face à la situation dramatique de cet été concernant le jeune pakistanais. Si nous nous en tenons aux faits, il s’agissait d’un jeune pakistanais exclu du dispositif de l’ASE (Aide Sociale à l’Enfance), reconnu mineur par son acte de naissance et par une décision du juge des enfants.
Alors, le rôle du Conseil départemental était de lui accorder ses droits et de respecter la loi, en mettant en place un accompagnement.

Ce qui compte avant tout, c’est le caractère mineur, non la nationalité étrangère d’un adolescent. Il ne faut pas tergiverser lorsque des difficultés sociales risquent de compromettre gravement une situation humaine.

Nous réitérons notre proposition d’accorder des moyens suffisants aux équipes de l’ASE. Nous souhaitons qu’une adaptation stratégique soit mise en place, avec une réelle cellule d’informations permettant de résoudre des cas d’urgence concernant la santé, la sécurité ou l’équilibre des mineurs.

Lakaat an dud e-kreiz hon obererezh politikel

C’hoant hon eus da lâret ar pezh a welomp e mont en-dro hor strollegezh : pa vez anv da harpiñ raktresoù danframmoù zo gant miliadoù a euroioù, ne dermer ket ha ne chomer ket da ziviziñ, tra ma ranker stourm evit ma vehe sikouret gant nebeutoc’h a argant raktresoù kenskoazell pouezus evit lakaat tud ag ar Mor-Bihan da dremen ag ar vreskted d’an dinded. Trist omp ne vehe ket pledet gant ar genskoazell, hor c’hefridi gentañ, er memes doare hag an traoù all.

Rak gant holl diaesterioù ar familhoù, ar c’hudennoù nevez daet gant an drammoù, diskar ar genskoazell, ec’h eus ezhomm da reizhiñ an doareoù ober. Preder ar vadelezh a zle tremen da gentañ.
En hevelep doare e tleomp kaout c’hoant da vout tud er penn a-raok evit an diarbenn. Frankiz a-walc’h hon eus evit en ober. Hag ur youl bolitikel eo pas ober war-dro an traoù a ya war washaat hepken met plediñ gant an traoù en a-raok. Ul labour evit an amzer da zont eo.

Setu perak omp mantret gant respont Prezidant ar C’huzul-departamant a-fet saviad reuzeudik ar Pakistanad yaouank e-kerzh an hañv. Sellomp ouzh ar fedoù hepken : anv a oa ag ur Pakistanad yaouank a oa bet skarzhet ag an SSB (Skoazell Sokial d’ar Vugale), pa oa anavet evel minor dre e akta ganedigezh ha gant diviz barner ar vugale.

Roll ar C’huzul-departamant eta e oa anavout e wirioù ha doujañ d’al lezenn, en ur lakaat diarbennoù skoazell àr-sav.

Ar pezh a gont a-raok pep tra eo goût ha minor eo ar c’hrennard, ha n’eo ket derc’hel kont ag e vroadelezh estren. Arabat eo chom da dermal pa vez riskl e vehe diaesterioù sokial é noazout ouzh un den.

Kinnig a reomp en-dro e vo roet trawalc’h a argant da sipailhoù an SSB. C’hoant hon eus e vo lakaet diarbennoù strategel àr-sav, gant ur gwir vodad titouriñ evit diskoulmañ ar c’hudennoù yec’hed, surentez pe kempouez ar vinored pa vez mall.

Présentation du groupe des élus de la minorité

Groupe des élus de la minorité : Christian DERRIEN - Ghislaine LANGLET (canton de Gourin), Bruno BLANCHARD - Karine RIGOLE (canton de Lorient-1), Laurent TONNERRE - Gaëlle LE STRADIC (canton de Lorient-2), Guénaël ROBIN - Florence PRUNET (canton de Moréac).

Groupe des élus de la minorité - Photo : Laurent Rannou.

Mots clés :
Mots clés :