Skip to Content

Eric Flageul et la révolution " foil "

Morbihannais d’adoption, Eric Flageul est aujourd’hui enseignant à l’École Nationale de Voile et des Sports Nautiques (ENVSN) de Saint-Pierre-Quiberon. Alors que la voile connait une révolution tenant en 4 lettres, " F.O.I.L ", il pilote un événement unique en France dédié à cette pratique : la Semaine Affoilante ! Entretien avec ce multiple champion au parcours atypique…

Rédaction : Régleur de grand-voile sur Sonar, Champion du Monde 2013 et 2014, vainqueur de la  Coupe du Monde 2013, 4e aux Jeux Paralympiques de Londres 2012 et 10e à ceux de Rio 2016,  professeur à l’ENVSN… on peut dire que vous avez fait de votre passion un métier ?

Eric Flageul : Généralement on est sportif de haut niveau et après on travaille, moi c’est l’inverse ! Après un cursus universitaire en physique-chimie, j’ai complétement réorienté mes ambitions professionnelles. Je voulais absolument être dans l’enseignement, mais j’ai choisi d’enseigner la voile. J’ai passé un brevet d’Etat, occupé plusieurs postes (9 ans à la direction du Club nautique d’Etel, 7 ans au Yacht Club de Carnac en tant que chargé de développement des activités de location et cours particuliers), avant de passer le concours de professeur de sport et d’intégrer l’équipe de l’ENVSN en 2015.

C’est durant ce parcours professionnel que je me suis dirigé vers la pratique de haut niveau : un parcours à l’envers ! mais la voile est un sport de maturité. En planche on " perfe " mieux à 25-30 ans, sur d’autres types de bateaux on peut se permettre d’être plus " âgé " car l’expérience ou la technique peuvent prendre le dessus sur l’aspect physique.

D’ailleurs, je ne pratique pas la voile qu’en paralympique : j’ai participé au Tour de France 2016, en ce moment je prépare le SPI/Ouest-France en Mach 6.5, une étape incontournable que nous avons la chance d’avoir en Morbihan... C’est important de naviguer sur différents supports pour travailler son adaptabilité, se défaire des contraintes techniques pour se focaliser sur la stratégie.

Rédaction : A ce propos durant le Vendée Globe, il a beaucoup été question d’innovation, voire de mutation de la pratique avec l’essor du " foil "…

EF : Effectivement, nous sommes à une période charnière où les bateaux changent… Outre mes missions de formation à l’ENVSN, je pilote depuis trois ans la Semaine Affoilante, la prochaine se tiendra du 5 au 9 avril en Baie de Quiberon.

Son but est de rassembler les professionnels et passionnés d’engins à foil autour de trois temps forts. Un salon où les constructeurs nationaux et internationaux viendront présenter leur matériel et organiser des essais pour leurs futurs clients. Des temps d’échange seront proposés, comme le " Foil racing forum " animée en collaboration avec " Eurolarge Innovation " qui rassemble les entreprises morbihannaises liées au nautisme, ou des tables-rondes autour de l’accompagnement de la pratique en termes de sécurisation et d’enseignement.

Sans oublier, un Challenge sportif avec des runs de vitesse et des compétitions comme la " Brittany Moth Series ", une épreuve du Championnat de Bretagne de " Windfoil " et une épreuve de longue distance ouverte au public pour venir admirer le spectacle.

Rédaction : Ces derniers mois, un dispositif de détection et de préparation de jeunes talents a été initié par la Filière d’Excellence Team France en partenariat avec la FFVoile et l’ENVSN. De quoi s’agit-il ?

EF : L’ENVSN a participé à la formation et au perfectionnement de quatorze jeunes régatiers à bord des bateaux volants. Huit viennent d’être sélectionnées pour porter les couleurs tricolores en juin aux Bermudes, tout comme Franck Cammas qui concourra pour l’Équipe de France à la Coupe de l’America. Cette équipe jeune sera d’ailleurs présente à Saint-Pierre Quiberon durant la Semaine Affoilante.