Skip to Content

Le budget 2016 du Département du Morbihan

Acte fort de la vie d'une collectivité, le vote du budget traduit de manière concrète la politique du conseil départemental. Il autorise les recettes et les dépenses de l'année à venir. C'est un outil essentiel de prévision et d'aide au pilotage de l'institution.

Quel budget pour 2016 ?

Education, logement, emploi, aide aux personnes âgées et handicapées, transports… Le budget voté par le conseil départemental apporte des réponses concrètes aux préoccupations quotidiennes et aux attentes des Morbihannais.

Le budget est un document politique et financier, qui dresse l’ensemble des recettes et des dépenses pour l’année à venir. Il comporte 2 sections : le budget de fonctionnement (nécessaire à la gestion des interventions courantes du Département) et le budget d’investissement.  Il doit être équilibré, c’est-à-dire ni excédentaire, ni déficitaire.

Le budget 2016 s’élève à 757,80 millions d’euros, en diminution de 1,26 % par rapport au BP 2016. Il est destiné à hauteur de 565,99 millions aux dépenses de fonctionnement et pour 191,81 millions aux dépenses relevant de l’investissement.

Les efforts consentis sur différents postes de dépense et les règles de bonne gestion financière permettent, cette année encore, d’équilibrer le budget sans augmenter la pression fiscale.

 

Où va l'argent ?

Les dépenses de fonctionnement

Les dépenses de fonctionnement d’un volume de 565,99 M€, sont en augmentation de 1,6%.

Les dépenses en matière sanitaire et sociale continuent leur progression (+ 3,8 % en 2016) pour atteindre 330,97 M€ millions d’euros.

Le département consacre ainsi 93,56 millions d’euros aux personnes âgées, notamment par l’allocation personnalisée d’autonomie et les frais relatifs à l’accueil en établissements.

La part du budget allouée à la politique d’insertion et de l’emploi augmente de 9,6 % avec 89,75 millions d’euros cette année. Les crédits consacrés aux allocations RSA s’élèvent à 79,7 millions d’euros, soit près de 9 millions supplémentaires par rapport à 2015.

Les crédits en faveur des personnes handicapées représentent un volume de 76 millions d’euros (+2,6%) et les mesures en faveur de la protection de l’enfance atteignent près de 65 millions d’euros (+3,2%).

La politique éducation représente un budget de 49,93 millions d’euros : 20,08 millions d’euros pour les dépenses consacrées aux collèges et un peu plus de 27 millions d’euros au titre des transports scolaires.

Les dépenses d'investissement

Les dépenses d’investissement (hors dette) s’élèvent cette année à 156,01 millions d’euros.

Les investissements directs représentent 86,95 millions d’euros dont 46,35 millions d’euros au titre des infrastructures routières et 25,87 millions d’euros pour les travaux à intervenir dans les collèges.

Les investissements indirects (subventions aux partenaires publics, associations et entreprises) représentent 69,06 millions d’euros.

Cette présentation n’inclut pas les dépenses au titre de la politique publique "Ressources et transferts" et les mouvements financiers

D'où vient l'argent

Les recettes de fonctionnement

Les recettes de fonctionnement, en baisse de 0,6 %, s’élèvent à 621,8 millions d’euros.

Elles sont  issues pour 202 M€ (soit près de 33 %) de la fiscalité directe,  qui comprend la taxe sur le foncier bâti (140,7 M€) et la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (60,1 M€).

La fiscalité indirecte représente 89 millions d’euros : elle provient des droits de mutation prélevés sur les transactions immobilières, ainsi que de diverses taxes portant notamment sur l’électricité, les autorisations d’urbanisme ou encore les péages maritimes. La fiscalité transférée par l’Etat au département s’établit à 128,5 millions d’euros, soit 20,7 % des recettes de fonctionnement.

Les dotations de l’Etat représentent 24,2 % des recettes de fonctionnement du département. Elles s’élèvent cette année à 150,6 millions d’euros, soit en diminution de 8 % par rapport à 2015.

En complément de ces différentes ressources et des recettes d’investissement d’un montant de 38,57 M€, l’emprunt d’équilibre permet de compléter le financement des investissements à réaliser par le département : il est inscrit à hauteur de 85,7 millions d’euros.