Skip to Content

Tribune de la majorité départementale - Union de la droite et du centre du Morbihan

Un horizon serein

A la faiblesse des dotations de l'Etat qui contraint depuis plusieurs années les finances  des départements, confrontés à la hausse soutenue de leurs budgets sociaux, s'ajoute désormais l'encadrement législatif de la progression de leurs dépenses de fonctionnement. C'est dire si l'exercice de préparation budgétaire n'est plus une simple prévision de l'évolution des principaux chapitres de dépenses mais un travail précis d'ajustement des différentes dotations, qui s'appuie sur un effort permanent de recherche de productivité.
Pour certaines collectivités, c'est une révolution culturelle, qui ne va pas sans heurts ni décisions hâtives et malencontreuses, prises sous l'empire de la nécessité.

Dans le Morbihan, pour désagréables que soient les modalités de contrôle des dépenses locales par l'Etat, empreintes de mauvaise foi et d'incompétence, nous n'avons pas de difficultés à nous inscrire dans le cadre qui s'impose à nous. Depuis des années, nos principes nous conduisent à rechercher l'efficacité dans l'accomplissement de nos missions, avec le souci permanent de répondre aux besoins auxquels nous sommes confrontés tout en limitant, voire en réduisant les charges que nous demandons aux contribuables. Cette politique constante porte ses fruits et nous avons la satisfaction de constater que le respect des règles auxquelles nous sommes soumis n'altère en rien la performance de nos politiques.

Dans le vaste champ social qui constitue désormais la majeure partie de nos interventions, la recherche de formules innovantes nous permettra de trouver des réponses aux problèmes que rencontrent nombre de nos concitoyens morbihannais, malgré l'absence totale de contribution des services de l'Etat à leur résolution.

Notre action en faveur des collèges se poursuit, notamment grâce à un effort d'investissement qui nous place parmi les premiers départements français.

Les routes font l'objet d'un effort soutenu, alors que de mauvais prétextes environnementaux amènent beaucoup de collectivités à les réduire à la portion congrue.

Enfin, l'aide à l'équipement des communes et à leurs groupements demeure une des originalités du Morbihan, alors que de nombreux départements ne financent plus l'investissement local.

Ces différentes actions sont conduites sans hausse des impôts, l'un d'entre eux, la taxe d’aménagement,  baissant sensiblement, et avec un endettement  en baisse à la fin de cette année.

Bref, notre collectivité peut aborder les prochaines années  avec, sur le plan financier, une relative sérénité, rassurante pour les Morbihannais qui, en 2015 ont fait confiance à notre majorité.

 

 

Meur a vlez zo emañ dister an argant roet gant ar Stad d’an departamantoù. Ret eo d’ar re-se taliñ doc’h kresk o budjedoù sokial, hag ouzhpenn-se, diàr vremañ ne c’hellont ket kreskiñ o dispignoù mont en-dro evel ma karont. Prientiñ ar budjed n’eo ket mui rakwelet emdroadur an dispignoù pennañ ha tra ken. Ur labour resis zo da gas ouzhpenn evit o lakat da gouchiñ doc’h an debarzhadurioù, ha klask bout ampletus atav. Evit lod strollegezhioù e oa ar cheñchamant-se ur seurt dispac’h, ha n’eo ket bet graet hep tabutoù na divizoù kemeret re founnapl, a-dreuz ha dre heg.
Er Mor-Bihan, na bout ma vez divourrapl modoù kontrolliñ an dispignoù lec’hel gant ar Stad, a feiz fall ha divarrek, n’hon eus ket diaesterioù bras evit doujiñ d’ar stern a zo laket àrnomp. A-c’houde blezadoù hon eus pennaennoù hag hon broud da glask bout efedus evit kas hor c’hefridioù da benn, en ur gemer soursi atav da vastiñ d’an ezhommoù hag àr un dro bevenniñ pe mem bihanaat ar c’hargoù a c’houlennomp gant an druajidi paeiñ. Ar politikerezh-se, àr hir dermen, a daol frouezh hag e c’hellomp bout kontant pa chom efedus hor politikerezhioù tra ma vez doujet d’ar reolennoù ret.

Àr an dachenn sokial gwall ledan hag a ya d’ober ar lod brasañ ag hon oberoù diàr vremañ, e c’hellimp, dre glask hentoù nevez, kavouet diskoulmoù d’an diaesterioù a vez gant paot mat ag hor c’henvroidi er Mor-Bihan, na bout ma ne zegas ket servijoù ar Stad o lod tamm ebet evit o diskoulmiñ.
Derc’hel a raimp da labourat evit ar skolajoù, hag ur striv postadur a vo graet dreist-holl hag hon lakay e-mesk departamantoù kentañ Frañs.
Evit an hentoù e vo graet ur striv bras, tra ma vez techet e-leizh a strollegezhioù d’o digreskiñ betek ar lodenn grak, àr zigarez an endro.
Evit achuiñ, ar skoazell evit aveiñ ar c’humunioù hag o strolladoù a chomo un dra dibar er Mor-Bihan, tra ma ne vez mui argantet postadur lec’hel erbet gant paot mat a zepartamantoù.
An oberoù-se a vo kaset da benn hep kreskiñ an tailhoù. En o mesk, an taos terkiñ a vo digresket un tamm, hag ur wezh c’hoazh e vo bihanaet an dele e fin ar blez 2018.
Berr-ha-berr e c’hello hor strollegezh krogiñ er blez 2019 hag er blezioù da zonet gant sederded a-walc’h a-fet argant. Dinec’het e c’hell bout tud ar Mor-Bihan o doa laket o fiziañs e dilennidi ar muianiver un tammig ouzhpenn tri blez zo.

Présentation du groupe de la majorité

Groupe de la MajoritéMichel JALU - Marie-Josée LE BRETON (canton d'Auray), Annick MAUGAIN (canton de Grand-Champ), Yannick CHESNAIS - Marie-Hélène HERRY (canton de Guer), Jean-Rémy KERVARREC - Françoise BALLESTER (canton de Guidel), Jacques LE LUDEC - Muriel JOURDA (canton d'Hennebont), Gérard FALQUERHO - Marie-Claude GAUDIN (canton de Lanester), Alain GUIHARD - Marie-Odile JARLIGANT (canton de Muzillac), Ronan LOAS - Brigitte MELIN (canton de Plœmeur), Michel PICHARD - Martine GUILLAS-GUÉRINEL (canton de Ploërmel), Fabrice ROBELET - Marie-Christine LE QUER (canton de Pluvigner), Benoît QUÉRO - Soizic PERRAULT (canton de Pontivy), Gérard GICQUEL - Marie-Annick MARTIN (canton de Questembert), Gérard PIERRE - Karine BELLEC (canton de Quiberon), David LAPPARTIENT - Michèle NADEAU (canton de Séné), François GOULARD - Christine PENHOUËT (canton de Vannes-1), Denis BERTHOLOM (canton de Vannes-2), Gilles DUFEIGNEUX - Gaëlle FAVENNEC (canton de Vannes-3).

Groupe de la Majorité départementale - Photo : Laurent Rannou.

Mots clés :
Mots clés :