Skip to Content

Les aidants : informations et soutien

Un nouveau dispositif en faveur de l'aide aux aidants

Les réponses à toutes vos questions :

Consultez la foire aux questions (pdf)
 

Où être accompagné ?

Il existe plusieurs lieux où vous pouvez trouver de l’aide

  • A l’Espace Autonomie Santé près de chez vous : vous y trouverez des renseignements sur les démarches à effectuer pour bénéficier d’aides, sur l’offre de services d’aide à domicile et d’établissements…
  • Auprès d’une plateforme d’accompagnement et de répit : ce sont des lieux d’information et de conseil spécialement conçus pour les aidants de personnes âgées en perte d‘autonomie. Les plateformes d’accompagnement et de répit sont adossées à des structures proposant de l’accueil de jour. 
  • ​Auprès de la Maison Départementale de l’Autonomie si votre proche est en situation de handicap et que son handicap est intervenu avant l’âge de 60 ans.
  • Auprès des travailleurs sociaux de proximité dans le Centre Médico-Social proche de chez vous : carte interactive
  • Auprès de votre médecin traitant : en sa qualité professionnelle il peut vous écouter et vous proposer un soutien médical et/ou psychologique

Vous vous occupez au quotidien, en plus de votre vie professionnelle et de votre vie familiale d’une personne âgée dépendante ou d’une personne en situation de handicap ?

Vous vous sentez fatigué(e), isolé(e), parfois démuni(e) ?

Vous ne savez pas vers qui vous tourner pour vous soulager, parler, prendre du temps pour vous ?

Sans votre aide, la personne dont vous vous occupez ne pourrait rester vivre à domicile.

Les aidants familiaux, dont vous faites partie, sont exposés aux risques liés à la charge physique et psychologique de l’aide qu’ils apportent à leurs proches. Cette charge quotidienne a donc de fortes conséquences psychologiques : inquiétude, fatigue et isolement de l’aidant. La santé de plus de la moitié des aidants est impactée de façon négative et plus d’un tiers d’entre eux sont contraints de réduire ou cesser leur activité professionnelle.

Quelles aides existent pour les aidants ?

Avoir du temps libre est très important pour l’aidant, pour le soulager et pour éviter son épuisement

Il n’est pas toujours facile de dégager du temps pour soi lorsqu’on accompagne un proche au quotidien. Pourtant, lorsque l’on accompagne un proche en perte d‘autonomie, se réserver des moments de pause est essentiel pour soi. Des solutions permettent de vous remplacer auprès de lui. Ces solutions sont également bénéfiques pour votre proche en perte d’autonomie, à qui l’on propose un accompagnement adapté à sa situation.

Pour les  proches aidants de personnes bénéficiaires de l’Allocation Personnalisée à l’Autonomie

qui assurent une présence ou une aide indispensable au soutien à domicile de leur proche et qui ne peuvent être remplacés par un membre de leur entourage pour assurer cette aide, leurs besoins du proche aidant sont évalués à l’occasion d’une première demande d’Allocation Personnalisée à l'Autonomie, d’une demande de révision, ou lors d’un renouvellement du plan d’aide.

Peuvent ainsi être financés :

  • L’accueil de jour : les personnes aidées qui vivent chez elles peuvent être accueillies une à plusieurs journées par semaine dans une structure ou en famille d'accueil social proposant un accueil de jour. Fréquenter un accueil de jour permet de préserver son autonomie grâce aux activités adaptées et retarder l’entrée en établissement. Ces temps passés hors du domicile contribuent également  à rompre l’isolement et à permettre aux proches de dégager du temps pour leurs propres occupations. C’est maintenir du lien social tant pour la personne aidée que pour son proche aidant.
    Plus d'informations sur  les familles d’accueil social
    Plus d'informations sur l'accueil de jour
     
  • L’hébergement temporaire permet aux proches des personnes aidées qui vivent à domicile de trouver des solutions d’hébergement pour une courte durée. Il est possible d’être hébergé temporairement dans un établissement pour personnes âgées ou handicapées, ou chez des accueillants familiaux.
    Pour les personnes en situation de handicap, certains établissements peuvent proposer des solutions de répit en accueillant la personne dans un autre établissement que celui où elle est accueillie d'habitude. Renseignez-vous auprès de l'établissement où votre proche est d'ordinaire hébergé. 
    Lien vers  les établissements proposant de l'hébergement temporaire
    Lien  vers les familles d’accueil social
     
  • Du "baluchonnage": un(e) professionnel(le) d'un service d'aide à domicile vient au domicile de votre proche aidé, afin de vous remplacer pour un temps défini ensemble : Lien vers Bulle d'air

Pour tous

Des temps de répit pour l’aidant grâce aux plateformes de répit et associations:

  • Plate forme « Le Répit » EHPAD de Beaupré Lalande  26, rue du RICM 5600 Vannes
    Site internet : http://www.lerepit.fr/
    Tél. 02.97.01.38.75
  • Plate forme « Barr Heol »  58, Rue jean de Beaumanoir 56580 Bréhan
    Site internet :   http://www.barr-heol.fr
    Tél.  02 97 38 80 06 
  • Association Kassiopée Chemin du Pont Brûle 56850 Caudan
    Site internet : Accueil - Association Kassiopee
    Tél. 02 97 88 92 09 et 06 83 64 42 47
  • Plate forme "Pause Relais" pour les 11 communes morbihannaises de Redon Agglomération et La Gacilly : 20 A Boulevard Bonne nouvelle, 35600 Redon
    Site internet : https://assad-redon.fr/activites/soutien-aux-aidants/plateforme-de-repit/
    Tél. 02 99 71 21 21 
  • Une association nationale : France Alzheimer : site internet : https://aides.francealzheimer.org/

    Des ateliers et groupes de parole existent également pour les aidants familiaux, ce qui leur permet de rencontrer des personnes vivant la même situation qu’eux : échanges, partage d’expériences et d’informations.
     

    Il est possible d’être rémunéré pour l'aide apportée à son proche en devenant son salarié.

    Si la personne aidée est bénéficiaire de l’allocation personnalisée à l’autonomie la loi l’autorise à employer un membre de sa famille (à l’exception du conjoint, concubin ou partenaire de PACS) en tant qu’aide à domicile dans le cadre de l’APA qui lui est accordée. Le plan d’aide APA permet ainsi de rémunérer le membre de la famille pour les heures que ce dernier réalise à son domicile.

    Si la personne aidée n’est pas bénéficiaire de l’APA, elle peut employer librement un membre de sa famille en tant qu’aide à domicile.

Si vous êtes retraité(e) 

Renseignez-vous auprès de votre caisse de retraite, et la caisse de retraite de votre proche aidé peut également financer de l’accueil de jour, accueil temporaire, une aide à domicile, un soutien psychologique pour vous. N’hésitez pas à prendre contact avec elles pour connaitre leurs offres.

Trouver un atelier dédié aux aidants près de chez vous : lien vers le site Pour Bien Vieillir Bretagne

Si vous êtes salarié(e)

Il existe dans certaines entreprises et collectivités la possibilité de bénéficier de jours de congés donnés par des collègues. N’hésitez pas à vous rapprocher du service Ressources Humaines de votre employeur pour connaitre vos droits.

    Il est également possible de suspendre momentanément son activité professionnelle pour aider un proche dont l’état de santé le nécessite.

Des dispositions sont prévues par la loi pour permettre aux salariés et aux fonctionnaires de prendre des congés spécifiques afin d’accompagner un proche en fin de vie ou en perte d’autonomie grave :

  • le congé de proche aidant (anciennement dénommé congé de soutien familial) pour les salariés du privé et les fonctionnaires. Lien vers servicepublic.fr
  • la disponibilité et temps partiel pour les fonctionnaires,
  • le congé de solidarité familiale pour les salariés du privé et les fonctionnaires.


    Enfin, parce que parfois l’aidant doit arrêter de travailler et que cette baisse de ressources ne peut être compensée, il est possible de percevoir une allocation temporaire.

    L’AJPA (allocation journalière du proche aidant) est une nouvelle prestation versée par la Caisse d’Allocations Familiales qui peut être versée aux personnes qui arrêtent de travailler ponctuellement ou réduisent leur activité pour s’occuper d’un proche en situation de handicap ou de perte d’autonomie d'une particulière gravité, durant 66 jours maximum.  Elle n'est pas cumulable avec l'APA: si vous êtes salarié (e) de votre aidé et percevez une rémunération au titre de l'APA pour cela, vous ne pourrez demander l'AJPA.

    Pour connaitre les conditions d’attribution et le montant journalier, et faire une demande : www.caf.fr
     

    Si vous êtes un aidant familial auprès d’une personne handicapé, vous pouvez également solliciter la retraite à taux plein dès 65 ans

    Les salariés ayant interrompu leur activité professionnelle pour s’occuper d’une personne handicapée en qualité d’aidant familial ou de tierce personne peuvent bénéficier d’une retraite à taux plein à 65 ans, contre 67 ans pour les autres assurés. Pour en bénéficier, les salariés devront justifier d’une interruption professionnelle d’au moins 30 mois consécutifs pour venir en aide, à titre non professionnel, à une personne bénéficiaire de la Prestation de Compensation du Handicap (PCH).

    La demande est à effectuer auprès de la Maison Départementale de l’Autonomie du Morbihan "affiliation gratuite à l'assurance vieillesse des parents au foyer" (AVPF): formulaire à télécharger et certificat médical